Comment vaincre son appréhension de la chute? (Partie 1)

Rentrons tout de suite dans le vif du sujet, je vais peut-être vous décevoir:

Il n’existe pas de méthode miracle pour éradiquer définitivement sa peur de la chute.

Même les grimpeurs de plus haut niveau gardent toujours une légère appréhension malgré le fait qu’ils aient appris à contrôler leurs émotions.

Pourtant si tu as cliqué sur cet article c’est que tu as besoin d’aide!

Et c’est cela l’objectif principal de ce blog: aider les débutants et les passionnés à progresser en escalade.

Car l’on veut toujours apprendre à découvrir de nouvelles sensations.

Donc comment parvenir à contrôler ma peur de la chute?

J’ai alors demandé à plusieurs entraîneurs qualifiés s’il existait des techniques qui fonctionnent pour vaincre l’appréhension lié à la chute. Leur réponse ne m’a totalement convenu au début mais avec du recul, je dois admettre qu’elle n’est pas totalement dénuée de sens.

C’est pour cela que je te demande d’utiliser ton esprit critique et de bien réfléchir quand tu reçois une informations. J’accepte toutes les critiques si elles sont constructives.

Voyons cela tout de suite:

D’où viennent ces craintes?

L’appréhension du vide nous provient de nos ancêtres de la Préhistoire car pour eux le vide en-dessous de nous est synonyme de danger.

Malheureusement, il est souvent très long chez beaucoup de personnes de dépasser la préhension du vide car cela est inné: cela peut prendre de plusieurs années jusqu’à une vie entière.

Il est donc important pour toi de prendre le temps de gérer ce doute lorsqu’il arrive. N’hésite pas à demander à sécher la corde. Cela ne signifie pas que tu n’es pas assez bon, simplement je ne veux pas que tu finisses ta séance avec un mauvais souvenir.

De même, évite de jouer les tortionnaires lorsque ton partenaire se sent en difficulté: le problème ne sera pas mieux réglé et votre confiance sera diminuée.

Alors comment combattre drastiquement ce trac?

Alors là, excuse moi de te décevoir, mais…

Il n’existe pas réellement de moyen et il faut du temps…

Beaucoup de temps!

Je t’ai prévenu, c’est une information à débattre.

Pourquoi il n’existe pas réellement de moyen? Car dans le cas des chutes prévues, le cerveau reste quand même dans une forme de confort car il sait que l’assureur l’attend.

<<Dans ce cas je fais exprès de chuter sans prévenir mon partenaire alors?>>

Bonne initiative! Cette méthode peut aider et améliorer votre confiance, mais le meilleur moyen de vaincre ces appréhensions est le fait de contraindre le cerveau à chuter contre son gré.

Comment?

Uniquement par le hasard: un pied qui zippe, une main qui lâche, une prise qui tourne.

Peu convaincu? Lis la suite.

Une chute imprévue est beaucoup plus efficace pour moins douter de la chute car on s’en souvient mieux.

Sinon, un moyen de provoquer ce hasard est le fait de contraindre le cerveau à chuter à cause des contraintes physiques.

Pour cela il faut faire chuter le grimpeur à cause de sa fatigue physique: si tu proposes au grimpeur de faire une série de tractions avant d’arriver au relais, sa fierté fait en sorte qu’il s’y attelle. Or, la fatigue créée peut brouiller son esprit et l’empêcher d’atteindre ce relais.

Le cerveau refuse alors à chuter. Mais si la fatigue est assez importante, la chute est assurée.

Se voyant alors retenu par la corde, l’esprit troublé retient mieux ces sensations. Lors de sa prochaine escapade, le grimpeur sera plus confiant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.