Se préparer mentalement pour une compétition

As-tu déjà connu cette sensation que lors de tes entraînements tu te sens comme l’un des meilleurs grimpeurs mais que pendant les compétitions le stress et le trac t’empêchent obstinément de grimper confortablement et comme tu le souhaites?

Alors, laisse-moi te raconter une histoire personnelle:

Mai 2018, mon premier championnat régional d’escalade; j’ai 17 ans.

J’ai déjà une petite expérience de la compétition mais c’est la première fois que je me trouve dans un événement de cette ampleur: les jeunes ont une carrure semblable à Zeus, derrière moi se trouve un mur de 21 mètres de haut, je me sens tellement petit et ridicule face à cet océan de prises que je commence à perdre confiance en moi.

Lors de ma première voie, j’examine les prises et elles sont de bonnes qualité. Pourtant, mes jambes et mes bras n’arrêtent pas de trembler et je n’arrive pas à me concentrer. Je respire profondement et chute malgré plus un combat contre moi-même tiens combat contre la voie. Je suis déçu de ne pas être allé plus haut.

Lors de la deuxième voie étrangement, ma grimpe est plus fluide mais je sens tout de même mon corps froid malgré l’échauffement préparé à la va-vite et je chute encore à un tiers du sommet.

Raté.

Avec du recul et l’aide de mes entraîneurs, j’ai pu identifier les erreurs que j’avais commises et comment les éviter.

Cet article est important pour moi car je veux faire en sorte que tu ne fasses pas comme moi et te montrer comment être prêt mentalement et physiquement lors de ta prochaine compétition.

Écoute bien:

Le schéma mental ou la puissance des habitudes

Un schéma mental?

Exactement! Pour moi, le schéma mental est devenu l’une des perspectives les plus importantes dans la recherche de motivation ou de concentration à un moment donné.

Comment cela fonctionne?

Le schéma mental est une habitude que l’on va préparer à chaque fois que l’on sait que l’on va réussir une tâche précise. Dans le cas d’une préparation à une compétition, cela correspond à faire une série de gestes particuliers avant de grimper une voie dont on sait qu’on atteindra le sommet.

Ainsi, au bord de la voie ou des voies de compétition, réaliser cette petite habitude indiquera à notre cerveau que l’on sait que l’on va arriver au sommet car c’est ce que l’on lui a associé.

<<Alors quel schéma mental peut-on mettre en place?>>

Cela dépend de ta créativité. Dans mon cas, au début de chaque entraînement, je prend l’habitude de méditer: je m’assois en tailleur dans un endroit calme; les yeux clos, je respire lentement et dès lorsque je me sens décontracté, j’essaie de compter jusqu’à 10 expirations lentes en faisant en sorte que ma pensée ne divague pas sur des pensées inutiles.

Cela me motive et me permet d’être très concentré sur mon désir de progression.

Lorsque je démarre une voie où je ne suis pas sûr d’atteindre le sommet, le fait de repenser à petit moment et me permet de faire le plein de détermination.

Tu peux suivre la même idée ou créer ton propre style: mettre toujours tes chaussettes et tes chaussons dans le même ordre, mettre de la magnésie ou juste t’imaginer en haut de la voie.

Les trois conseils avant-compet

Tu l’as deviné, ce n’est pas trois jours avant la compétition que tu vas t’améliorer. De même, un débordement sur l’entraînement peut avoir l’impact inverse.

Pour être au mieux physiquement, je t’offre ces trois tips:

1. Pendant la dernière séance, t’exercer sur des voies TRÈS faciles

Cela te permettra de fluidifier ta grimpe au détriment du gain de force. De même tu peux t’entraîner à mieux lire ou mémoriser une voie.

2. Faire une séance cardio faible et longue

Tu dois être capable de rester décontracté tout en fournissant un effort qui peut être long.

3. T’étirer pendant la séance

Cela permet de t’assouplir et permet à tes tendons de mieux garder en mémoire les sensations liées à la grimpe.

Le jour de la compétition

Ça y est! Tu es à ta compétition! Tu te dis que tu vas tout déchirer, te donner à fond, kiffer un max!

Il faut maintenant rester concentré et passer à l’échauffement pour tout de même éviter les blessures.

Pour cela, je te conseille uniquement de reprendre les points 2. et 3. au-dessus. Cela fera très bien l’affaire: pas besoin de t’exciter donc de t’épuiser juste avant de commencer.

La première voie est toujours la plus simple: profites-en pour redécouvrir les sensations de la grimpe et mettre en place ton schéma mental, avant que tu ne grimpes les voies les plus dures.

Mais surtout, n’oublie pas de kiffer ta journée et la chance que tu as de pouvoir grimper si librement.

A toi de jouer 😉

Bonne grimpe,

Karim

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.